shape
shape
shape
shape
Liliane MARQUIER - Thérapies énergétiques - Coupeur de feu - Tél :02.96.52.39.48


AVC – ACCIDENT VASCULAIRE CEREBRAL


Newsletter N°19 de Michel DOGNA











Un AVC, c’est soit un caillot qui bouche une artère cérébrale, soit une rupture artérielle intra crânienne qui crée un épanchement hémorragique. Dans le second cas, on a souvent mal à la tête en raison de la compression du sang dans le cerveau. Il y a des petits et des gros AVC, mais dans tous les cas une hospitalisation d’urgence est indispensable.


Des tests simples d’alerte

La personne se sent soudainement bizarre. Elle peut avoir une certaine confusion mentale, simplement du mal à s’exprimer ou une perception bizarre de l’espace.


Demandez à la personne de prononcer des mots courants comme « je vais bien » etc. – puis faites fermer les yeux et toucher le bout du nez avec la main gauche, puis la main droite. Si la personne cherche son nez avec l’une des mains, il y a AVC. Vous avez deux heures devant vous pour avoir des chances de réversibilité des séquelles.


Je repense à la sottise de décision concernant le cas de Belmondo qui se trouvait à Ajaccio quand il a fait son AVC. Au lieu d’aller tout de suite à l’hôpital d’Ajaccio, la famille a décidé de l’emmener au premier avion à Paris. On a pu voir le résultat… pauvre Bébel !


Les séquelles sont plus ou moins importantes selon l’ampleur des dommages, soit sur le plan moteur (paralysies latérales), soit sur le plan sensitif (pertes locales de sensibilité, troubles de la vue) soit sur le plan du comportement (pleurs ou fous rires sans raison, confusion, agressivité, grossièreté…). Tout dépend de la zone du cerveau qui a été endommagée.


AVC - ACCIDENT VASCULAIRE CEREBRAL
L’hospitalisation

La première chose est de définir par un IRM s’il s’agit d’une thrombose ou une hémorragie. Un protocole établi en fonction du diagnostique est appliqué pour arrêter les dégâts. Jusque-là tout va bien ; c’est après que cela ne va plus. En effet, la médecine orthodoxe vous prescrira automatiquement (à vie !) une STATINE (Tahor, etc.) et du KARDEGIC, sans parler des anti-cholestérol. Alors que près de 6 millions de français soient actuellement sous statines, celles-ci sont largement contestées pour inefficacité totale en plus d’effets indésirables multiples et quelquefois gravissimes (fonte musculaire, douleurs ostéo-articulaires, atteinte du foie…). Quant aux anti-cholestérols, ils sont TOUS DANGEREUX et reconnus cancérigènes.


Il est bien dommage que peu de personnes sachent qu’il est possible de réaliser de véritables miracles par la thermothérapie différentielle de Gardelle, surtout dans les jours ou semaines qui suivent l’attaque. Ensuite, au fur et à mesure que les semaines et les mois passent, le traitement risque de devenir de moins en moins performant, la récupération s’avérant de plus en plus longue ou partielle.


Mon cas personnel


J’ai moi-même fait un AVC en novembre 2010. Ayant avec mon épouse tout de suite compris mon problème, j’ai été immédiatement hospitalisé pendant 3 jours. Il s’est avéré qu’il s’agissait d’une thrombose cérébrale. J’avais surtout du mal à articuler mes mots, et je dérivais vers la gauche en marchant. Une fois rentré chez moi j’ai constaté que ma main gauche était incontrôlable au piano – c’était des années de travail anéanties à zéro…


Mon épouse m’a immédiatement fait 3 séances de 1 heure par jour de Gardelle. Le troisième jour, l’élocution normale bien articulée est revenue subitement. Le miracle !!! Merci le Ciel, merci Pierre Gardelle, même mort ! Quant à ma main gauche, on m’a conseillé de la travailler le plus possible au piano pour rétablir au plus vite les connexions cérébrales – en fait, il m’a fallu 6 semaines pour récupérer 90% de mon contrôle rythmique et les 10% restants dans les mois suivants.


De nombreuses personnes ont pu ainsi récupérer, souvent totalement par l’application de la méthode Gardelle que je diffuse depuis plus de 10 ans. A savoir qu’il n’y a à ma connaissance aucun établissement qui pratique cela – c’est à faire chez soi et c’est (presque) gratuit.


Un cas remarquable


Je ne résiste pas à rapporter l’histoire d’une amie thérapeute qui a soigné par le Gardelle un homme de 30 ans qui traînait en chaise roulante depuis un an suite à un AVC. Au départ, il avait été difficile de le convaincre d’essayer. Il a fallu une semaine de séances quotidiennes de 2 heures, je crois, pour qu’il se passe quelque chose. Et ce quelque chose a été impressionnant car l’homme ressentit soudainement des douleurs fulgurantes dans la tête, ce qui le mit en colère contre mon amie. Mais cela fut suivi progressivement par des décharges et des fourmillements dans les jambes qui témoignaient un réveil. Je pense qu’il a dû mettre un mois à se rééduquer. Depuis, il a repris un travail normal.

Rappel de la procédure Gardelle

• Placer sur la tête une vessie de glace avec un torchon interposé.
• Placer sur la région du foie – estomac une serviette éponge très chaude avec une bouillotte par-dessus pour maintenir la chaleur.
• Laisser le tout en place pendant 1 heure ou 2 en vérifiant de temps en temps qu’il y ait toujours des glaçons dans la vessie.
• Renouveler l’opération une ou deux fois par jour jusqu’à récupération stabilisée.

Pour en savoir plus sur la méthode Gardelle et beaucoup d’autres moyens thérapeutiques par l’eau, consulter mon ouvrage HYDROTHERAPIE CHEZ SOI (Ed Guy Trédaniel)


Interprétation de la méthode selon Pierre Gardelle


Lorsqu’un traumatisme se produit dans un endroit du corps, des lymphocytes spécialisés (voirie) viennent pour évacuer le sang et les caillots et nettoyer le site. Malheureusement, il se produit généralement une élévation locale de température réflexe pour activer divers processus, ce qui – selon Pierre Gardelle, empêche les lymphocytes d’approcher pour effectuer le travail. Cette perte de temps regrettable peut être évitée en refroidissant la région accidentée autour de 10 °C.


Par ailleurs, la chaleur humide (inverse du froid sec) dans la région solaire permet d’abord de rééquilibrer la température du corps, et d’autre part d’établir un courant de convection lymphatique naturel, type chauffage central, ce qui permet aux lymphocytes de venir décharger leurs déchets au niveau de la « citerne » de Pecquet, ainsi que de la peau abdominale.


Pour une régénération vasculaire rapide


Le meilleur remède à prendre sur 3 ou 4 mois est sans conteste le TIBETANE, produit de 2000 ans d’âge d’origine tibétaine dont la formule phyto a été adaptée à l’Europe au 19ième siècle à Saint Petersburg, et légèrement modifiée en 2013 pour mise en conformité avec la législation.

Il dissout les athéromes en 3 mois,
Il fluidifie le sang,
Il répare les parois des vaisseaux
Il combat les inflammations.

Il n’y a besoin de rien d’autre en traitement à court terme, et il n’existe aucun équivalent dans aucune spécialité médicale.


Nota :
J’ai appliqué cette cure sur de nombreuses personnes ayant eu un AVC ou détentrices d’athéromes importants détectés au Doppler. Au bout de 3 mois, les athéromes ont disparu.


Suite à mon AVC, le Doppler a repéré une obstruction à 50 % de ma carotide gauche ; après 3 mois de cure il ne restait plus qu’une légère trace indélébile.



Commande
Arktikaïa : www.arktikaia.com 02 47 91 54 57